Pandémie au fil de l’Histoire ….

Voici ci-dessous la traduction effectuée par un des membres de BVBR, d’un article paru en mars 2020 dans « Le Courrier International » en anglais ( lien original). Ce témoignage qui retrace les histoires de pandémie à travers le monde rédigé par Elisabeth Kolbert ( auteur du livre « la 6ème extinction ») résonne d’autant mieux, qu’il a été écrit il y a un an au début de la pandémie, quand les mesures sanitaires prises ne faisaient pas encore débat, car elles n’avaient pas entamer nos différents seuils de résistances et nous entrions dans une ère inconnue.  Souvent l’Histoire aide à éclairer un peu les côtés troubles des temps présents:
– Ou l’on apprend que la première pandémie s’est étalée sur presque 2 siècles, avec des pics énormes, et bien sûr des longues pauses (la peste justinienne).. l’article laisse suggérer que cette pandémie n’est pas étrangère parmi d’autres causes à la chute de l’empire romain d’une part et à l’émergence de la 3ème grande religion monothéiste dans un empire exsangue. (de grand changement donc)
– Où l’on apprend qu’à chaque pandémie, le peuple perd confiance dans le discours officiel et se rebelle parfois contre les autorités accusées de restreindre les libertés ou de remettre en cause les pratiques traditionnelles et religieuses au prétexte de la santé publique.
– Où l’on se rend compte que les émeutes pandémiques sont classiques au vu des doutes qu’elles provoquent dans l’opinion publique, des oppositions virulentes et radicales qu’elles provoquent contre les mesures sanitaires, la remise en cause de la vérité du discours médical, les intentions de manipulation prêtées aux élites qui en profitent etc…Certaines époques, des médecins et autres représentants du pouvoir et de la religion ont même été lynchés par le peuple…
« Ce que l’on appelle souvent la première pandémie a débuté dans la ville de Pelusium, près de l’actuelle Port Saïd, dans le nord-est de l’Égypte, en l’an 541. Selon l’historien Procopius, qui était vivant à l’époque, la « peste » s’est propagée à l’ouest, vers Alexandrie, et à l’est, vers la Palestine. Puis elle a continué à se propager. Selon lui, elle semblait se déplacer presque consciemment, « comme si elle craignait qu’un coin de la terre ne lui échappe ».
Le premier symptôme de la pestilence était la fièvre. Souvent, observe Procopius, elle était si légère qu’elle ne permettait « aucune suspicion de danger ».
Mais, en quelques jours, les victimes développaient les symptômes classiques de la peste bubonique, ou bubons, dans l’aine et sous les bras. La souffrance était alors terrible ; certaines personnes sont tombées dans le coma, d’autres dans un délire violent. Beaucoup ont vomi du sang. Ceux qui s’occupaient des malades « étaient dans un état d’épuisement constant », a noté Procopius. « C’est pourquoi tout le monde avait pitié d’eux, pas moins que des malades ».
Personne ne pouvait prédire qui allait périr et qui allait s’en sortir.
Au début de l’année 542, la peste a frappé Constantinople. À cette époque, la ville était la capitale de l’Empire romain d’Orient, qui était dirigé par l’empereur Justinien. Une évaluation récente qualifie Justinien de « l’un des plus grands hommes d’État qui ait jamais vécu ». Un autre historien décrit la première partie de son règne – il a régné pendant près de quarante ans – comme « un tourbillon d’actions pratiquement sans précédent dans l’histoire romaine ».
Au cours des quinze années qui ont précédé l’arrivée de la peste dans la capitale, Justinien a codifié le droit romain, fait la paix avec les Perses, remanié l’administration fiscale de l’Empire d’Orient et construit la Sainte-Sophie.
Alors que la peste faisait rage, il incombait à Justinien, selon les termes de Procopius, de « prendre des dispositions pour le mal ». L’empereur paie pour que les corps des abandonnés et des indigents soient enterrés. Malgré cela, il est impossible de suivre le rythme, le nombre de morts est trop élevé. (Procopius pensait qu’il atteignait plus de dix mille par jour, bien que personne ne soit sûr que ce soit exact). Jean d’Ephèse, un autre contemporain de Justinien, a écrit que « personne ne sortait de la maison sans une étiquette sur laquelle son nom était écrit », au cas où il serait soudainement frappé. Finalement, les corps ont été jetés dans des fortifications à la périphérie de la ville. La peste frappait aussi bien les impuissants que les puissants. Justinien lui-même l’a contractée.
Parmi les chanceux, il a survécu. Son règne, cependant, ne s’est jamais vraiment remis. Dans les années précédant 542, les généraux de Justinien avaient reconquis une grande partie de la partie occidentale de l’Empire romain contre les Goths, les Vandales et autres barbares. Après 542, l’empereur a eu du mal à recruter des soldats et à les payer. Les territoires que ses généraux avaient soumis commencèrent à se révolter. La peste atteint la ville de Rome en 543, et semble avoir atteint la Grande-Bretagne en 544. Elle éclate à nouveau à Constantinople en 558, une troisième fois en 573, et encore une fois en 586.
La peste Justinienne, comme on l’a appelée, ne s’est pas éteinte avant 750. À ce moment-là, un nouvel ordre mondial s’est mis en place. Une nouvelle religion puissante, l’Islam, était apparue et ses adeptes gouvernaient un territoire qui comprenait une grande partie de l’empire de Justinien, ainsi que la péninsule arabique.
Entre-temps, une grande partie de l’Europe occidentale était passée sous le contrôle des Francs. Rome avait été réduite à environ trente mille personnes, soit à peu près la population de l’actuel Mamaroneck.
La peste était-elle en partie responsable ? Si oui, l’histoire est écrite non seulement par les hommes mais aussi par les microbes.
Tout comme il existe de nombreuses façons pour les microbes d’infecter un corps, il existe de nombreuses façons pour les épidémies de se répercuter sur le corps politique. Les épidémies peuvent être de courte ou de longue durée, ou, comme la peste de Justinien, récurrentes. Souvent, elles s’associent à la guerre ; parfois l’association favorise l’agresseur, parfois l’agressé.
Les maladies épidémiques peuvent devenir endémiques, c’est-à-dire constamment présentes, pour redevenir épidémiques lorsqu’elles sont transportées dans une nouvelle région ou lorsque les conditions changent

A cette dernière catégorie appartient la variole, surnommée le monstre moucheté, qui a peut-être tué plus d’un milliard de personnes avant d’être éradiquée, au milieu du XXe siècle. Personne ne sait exactement d’où vient la variole ; on pense que le virus – qui fait partie du genre comprenant la variole des vaches, des chameaux et des singes – a infecté les humains pour la première fois à l’époque où les gens ont commencé à domestiquer des animaux. Des signes de variole ont été trouvés chez des momies égyptiennes, dont Ramsès V, qui est mort en 1157 avant J.-C. Les Romains semblent avoir attrapé la variole près de l’actuelle Bagdad, lorsqu’ils sont allés combattre l’un de leurs nombreux ennemis, les Parthes, en 162. Le médecin romain Galen a rapporté que les personnes atteintes de la nouvelle maladie souffraient d’une éruption cutanée « ulcéreuse dans la plupart des cas et totalement sèche ». (L’épidémie est parfois appelée « la peste de Galen ».) Marc-Aurèle, le dernier des « cinq bons empereurs », qui est mort en 180, a peut-être aussi été victime de la variole.
Au XVe siècle, comme le rapporte Joshua S. Loomis dans « Epidemics : The Impact of Germs and Their Power Over Humanity » (Praeger), la variole était devenue endémique dans toute l’Europe et l’Asie, ce qui signifie que la plupart des gens y étaient probablement exposés à un moment donné de leur vie. Dans l’ensemble, le taux de mortalité était terriblement élevé (30 %), mais chez les jeunes enfants, il était beaucoup plus élevé (plus de 90 % dans certains endroits). Loomis, professeur de biologie à l’université de Stroudsburg Est, écrit que le danger était si grave que « les parents attendaient généralement que leurs enfants aient survécu à la variole avant de leur donner un nom ». Toute personne qui réussissait à s’en sortir acquérait une immunité permanente (même si beaucoup restaient aveugles ou portaient des cicatrices horribles). Cette dynamique a fait que chaque génération environ a connu une épidémie majeure, car le nombre de personnes qui avaient réussi à éviter d’être infectées pendant leur enfance a lentement augmenté. Cela signifiait également, comme l’observe assez cavalièrement Loomis, que les Européens jouissaient d’un avantage majeur lorsqu’ils « commençaient à explorer des terres lointaines et à interagir avec les populations indigènes ».
Alfred W. Crosby, l’historien qui a inventé l’expression « l’échange colombien », a également inventé le terme « épidémie de sol vierge », définie comme celle dans laquelle « les populations à risque n’ont eu aucun contact préalable avec les maladies qui les frappent et sont donc immunologiquement presque sans défense ». La première « épidémie de sol vierge » dans les Amériques – ou, pour utiliser une autre des formulations de Crosby, « la première pandémie du Nouveau Monde » – a commencé vers la fin de 1518. Cette année-là, quelqu’un, vraisemblablement d’Espagne, a transporté la variole à Hispaniola. C’était un quart de siècle après que Christophe Colomb se soit échoué sur l’île, et la population native de Taíno avait déjà été fortement réduite. Le monstre moucheté a fait des ravages parmi ceux qui sont restés.
Deux frères, écrivant au roi d’Espagne, Charles Ier, au début de 1519, ont rapporté qu’un tiers des habitants de l’île avaient été touchés : « Il a plu à Notre Seigneur de répandre une peste de variole parmi lesdits Indiens, et cela ne cesse pas. » De Hispaniola, la variole s’est propagée à Porto Rico. En deux ans, elle a atteint la capitale aztèque de Tenochtitlán, dans l’actuelle ville de Mexico, un développement qui a permis à Hernán Cortés de conquérir la capitale, en 1521. Un prêtre espagnol a écrit : « Dans de nombreux endroits, il arrivait que tous les occupants d’une maison meurent et, comme il était impossible d’enterrer le grand nombre de morts, ils abattaient les maisons au-dessus d’eux ». La variole semble avoir atteint l’Empire inca avant les Espagnols ; l’infection s’est propagée d’une colonie à l’autre plus vite que les conquistadores ne pouvaient le faire.
Il est impossible de dire combien de personnes sont mortes lors de la première pandémie du Nouveau Monde, à la fois parce que les registres sont incomplets et parce que les Européens ont également apporté avec eux de nombreuses autres maladies « du sol vierge », dont la rougeole, la typhoïde et la diphtérie. Au total, les microbes importés ont probablement tué des dizaines de millions de personnes. « La découverte de l’Amérique a été suivie par ce qui est peut-être le plus grand désastre démographique de l’histoire du monde », a écrit William M. Denevan, professeur émérite à l’université du Wisconsin-Madison. Ce désastre a changé le cours de l’histoire non seulement en Europe et en Amérique, mais aussi en Afrique : confrontés à une pénurie de main-d’œuvre, les Espagnols se sont de plus en plus tournés vers la traite des esclaves.
Le mot « quarantaine » vient de l’italien quaranta, qui signifie « quarante ». Comme l’explique Frank M. Snowden dans « Epidemics and Society » : From the Black Death to the Present » (Yale), la pratique de la quarantaine est apparue bien avant que les gens ne comprennent exactement ce qu’ils essayaient de contenir, et la période de quarante jours a été choisie non pas pour des raisons médicales mais pour des raisons scripturales, « car l’Ancien et le Nouveau Testament font de multiples références au nombre quarante dans le contexte de la purification : les quarante jours et quarante nuits du déluge dans la Genèse, les quarante années d’errance des Israélites dans le désert… et les quarante jours du Carême.
Les premières quarantaines officielles étaient une réponse à la peste noire, qui, entre 1347 et 1351, a tué environ un tiers de l’Europe et a inauguré ce qui est connu sous le nom de « seconde pandémie de peste ». Comme pour la première, la seconde pandémie a fait ses ravages. La peste s’est propagée, puis s’est atténuée, avant de reprendre son cours.
Au cours d’une de ces flambées, au XVe siècle, les Vénitiens ont érigé des lazarets – ou salles d’isolement – sur les îles périphériques, où ils forçaient les navires à accoster. Les Vénitiens croyaient qu’en aérant les navires, ils dissipaient les vapeurs qui causaient la peste. Si la théorie était fausse, les résultats étaient quand même salubres ; quarante jours donnaient à la peste le temps de tuer les rats et les marins infectés. Snowden, professeur émérite à Yale, considère ces mesures comme l’une des premières formes de « santé publique institutionnalisée » et affirme qu’elles ont contribué à légitimer « l’accroissement du pouvoir » de l’État moderne.

Les raisons pour lesquelles la deuxième pandémie a finalement pris fin font l’objet de nombreux débats ; l’une des dernières grandes épidémies en Europe s’est produite à Marseille en 1720. Mais, que les efforts de contrôle aient été efficaces ou non, ils ont souvent provoqué, comme le dit Snowden, « l’évasion, la résistance et l’émeute ». Les mesures de santé publique se sont heurtées à la religion et à la tradition, comme elles le font toujours, bien sûr. La peur d’être séparé de ses proches a poussé de nombreuses familles à dissimuler des cas. Et, en fait, les personnes chargées de faire respecter les règles n’avaient souvent que peu d’intérêt à protéger le public.

Prenons le cas du choléra. Dans les rangs des maladies redoutables, le choléra pourrait arriver en troisième position, après la peste et la variole. Le choléra est causé par une bactérie en forme de virgule, Vibrio cholerae, et pendant la plus grande partie de l’histoire de l’humanité, il a été limité au delta du Gange. Puis, au XVIIIe siècle, les navires à vapeur et le colonialisme ont fait voyager Vibrio cholerae. La première pandémie de choléra a éclaté en 1817 près de Calcutta. Elle s’est déplacée par voie terrestre vers la Thaïlande actuelle et par bateau vers Oman, d’où elle a été transportée jusqu’à Zanzibar. La deuxième pandémie de choléra a débuté en 1829, une fois de plus en Inde. Elle a traversé la Russie pour atteindre l’Europe et de là, les États-Unis.
Contrairement à la peste et à la variole, qui ne font guère de distinction de classe, le choléra, qui se propage par l’intermédiaire d’aliments ou d’eau contaminés, est principalement une maladie des bidonvilles urbains. Lorsque la deuxième pandémie a frappé la Russie, le tsar Nicolas Ier a instauré des quarantaines strictes. Celles-ci ont peut-être ralenti la spirale de la propagation, mais elles n’ont rien fait pour aider les personnes déjà infectées. La situation, selon Loomis, a été exacerbée par les responsables de la santé qui ont mélangé sans discernement les victimes du choléra et les personnes souffrant d’autres affections. La rumeur voulait que les médecins tentent délibérément de tuer les malades. Au printemps 1831, des émeutes ont éclaté à Saint-Pétersbourg. Un manifestant revenant d’une mêlée a rapporté qu’un médecin avait « reçu un couple avec des pierres dans le cou ; il ne nous oubliera certainement pas avant longtemps ». Le printemps suivant, des émeutes de choléra éclatent à Liverpool. Une fois de plus, les médecins étaient les principales cibles ; ils étaient accusés d’empoisonner les victimes du choléra et de les rendre bleues (le choléra a été appelé « la mort bleue » car les personnes atteintes de la maladie peuvent se déshydrater au point que leur peau prend la couleur de l’ardoise). Des émeutes similaires ont éclaté à Aberdeen, Glasgow et Dublin

En 1883, lors de la cinquième pandémie de choléra, le médecin allemand Robert Koch a établi la cause de la maladie en isolant la bactérie Vibrio cholerae. L’année suivante, la pandémie a frappé Naples. La ville a envoyé des inspecteurs pour confisquer les produits suspects. Elle envoie également des équipes de désinfection, qui arrivent dans les immeubles de la ville avec des armes à feu dégainées. Les Napolitains étaient, à juste titre, sceptiques à l’égard des inspecteurs et des escouades. Ils ont réagi avec un sens de l’humour impressionnant, voire une connaissance approfondie de l’épidémiologie. Les manifestants se sont présentés à l’hôtel de ville avec des paniers de figues et de melons trop mûrs. Ils ont procédé, écrit Snowden, « à la consommation du fruit défendu en quantités énormes pendant que ceux qui regardaient applaudissaient et pariaient sur le type de fruit le plus consommé ».
Huit ans plus tard, alors que la cinquième pandémie faisait rage, l’une des plus violentes émeutes de choléra a éclaté dans ce qui est aujourd’hui la ville ukrainienne de Donetsk. Des dizaines de magasins ont été pillés et des maisons et des entreprises ont été brûlées. Les autorités de Saint-Pétersbourg ont répondu à la violence en sévissant contre les travailleurs accusés de promouvoir « l’anarchie ». Selon M. Loomis, la répression a provoqué de nouveaux troubles civils, qui ont à leur tour provoqué une plus grande répression. Ainsi, de manière détournée, le choléra a contribué à « préparer le terrain » pour la révolution russe.
La septième pandémie de choléra a débuté en 1961, sur l’île indonésienne de Sulawesi. Au cours de la décennie suivante, elle s’est étendue à l’Inde, à l’Union soviétique et à plusieurs pays d’Afrique. Il n’y a pas eu de flambée massive pendant le quart de siècle suivant, mais une autre a frappé le Pérou en 1991, faisant 3500 victimes ; une autre flambée, dans ce qui est aujourd’hui la République démocratique du Congo, en 1994, a fait 12 000 victimes.
Selon la plupart des témoignages, la septième pandémie est en cours. En octobre 2010, le choléra a éclaté dans la campagne haïtienne, puis s’est rapidement propagé à Port-au-Prince et dans d’autres grandes villes. C’était neuf mois après qu’un tremblement de terre de magnitude 7,0 eut dévasté le pays. Des rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles la source de l’épidémie était une base qui abritait des troupes de maintien de la paix des Nations unies en provenance du Népal. Des émeutes ont eu lieu dans la ville de Cap-Haïtien ; au moins deux personnes ont été tuées et les vols transportant l’aide vers le pays ont été suspendus. Pendant des années, l’ONU a nié que ses troupes avaient apporté le choléra à Haïti, mais elle a fini par admettre que les rumeurs étaient vraies. Depuis le début de l’épidémie, huit cent mille Haïtiens ont été malades et près de dix mille sont morts.
Les épidémies sont, par leur nature même, source de division. Le voisin vers lequel vous pourriez, en des temps meilleurs, vous tourner pour obtenir de l’aide devient une source possible d’infection. Les rituels de la vie quotidienne deviennent des occasions de transmission ; les autorités qui appliquent la quarantaine deviennent des agents d’oppression. À maintes reprises au cours de l’histoire, les gens ont blâmé des étrangers pour les épidémies. (À l’occasion, comme dans le cas des troupes de maintien de la paix des Nations unies, ils ont eu raison). Snowden raconte l’histoire de ce qui est arrivé aux Juifs de Strasbourg pendant la peste noire. Les autorités locales ont décidé qu’ils étaient responsables de la peste – ils avaient, dit-on, empoisonné les puits – et leur ont offert un choix : se convertir ou mourir. La moitié d’entre eux ont opté pour la première solution. Le 14 février 1349, les autres « furent rassemblés, emmenés au cimetière juif et brûlés vifs ». Le pape Clément VI a publié des bulles papales soulignant que les Juifs aussi mouraient de la peste, et qu’il serait insensé qu’ils s’empoisonnent, mais cela ne semble pas avoir fait une grande différence. En 1349, les communautés juives de Francfort, Mayence et Cologne ont été anéanties. Pour échapper à la violence, les Juifs ont migré en masse vers la Pologne et la Russie, modifiant de façon permanente la démographie de l’Europe.
Chaque fois qu’une catastrophe survient, comme c’est le cas actuellement, il est tentant de se tourner vers le passé pour savoir ce qu’il faut faire ou, au contraire, ne pas faire. Cela fait presque quinze cents ans que la peste Justinienne a sévi et, avec la peste, la variole, le choléra, la grippe, la poliomyélite, la rougeole, le paludisme et le typhus, il y a un nombre épidémique d’épidémies sur lesquelles il faut réfléchir.
Le problème est que, pour tous les schémas communs qui se dégagent, il existe au moins autant de variations confondantes. Pendant les émeutes du choléra, les gens n’ont pas blâmé des étrangers mais des gens de l’intérieur ; ce sont les médecins et les fonctionnaires qui ont été visés. La variole a aidé les Espagnols à conquérir les empires aztèque et inca, mais d’autres maladies ont contribué à la défaite des puissances coloniales. Pendant la révolution haïtienne, par exemple, Napoléon a tenté de reprendre la colonie française, en 1802, avec quelque cinquante mille hommes. Tant de ses soldats sont morts de la fièvre jaune que, au bout d’un an, il a renoncé à cette tentative, et a également décidé de vendre le territoire de la Louisiane aux Américains.
Même les mathématiques des épidémies varient considérablement d’un cas à l’autre. Comme le souligne Adam Kucharski, professeur à la London School of Hygiene & Tropical Medicine et auteur de « The Rules of Contagion » (à paraître aux États-Unis dans Basic Books), les différences dépendent de facteurs tels que le mode de transmission, la durée pendant laquelle un individu est contagieux et les réseaux sociaux que chaque maladie exploite. Il existe un dicton dans mon domaine : « Si vous avez vu une pandémie, vous avez vu… une pandémie », écrit-il. Parmi les quelques prédictions sur COVID-19 qu’il semble sûr de faire à ce stade, il y a celle qu’elle fera l’objet de nombreuses histoires à elle seule. »
Top