Marche ou crêpe : Manon a choisi de marcher en concoctant des crêpes

C’est en mars dernier, en plein confinement, que Manon a l’idée de déployer sa petite entreprise de crêpes et galettes durables. L’idée n’est pas venue comme cela, en un jour. C’est plutôt le fruit d’un long cheminement. Mais tous les ingrédients étaient bien là au printemps 2020 pour que l’idée prenne vie.

Tout d’abord, un parcours professionnel. Après quelques années dans la maroquinerie, l’envie de s’orienter vers la restauration a pris le dessus. De saisons à la mer en saisons à la montagne, Manon s’est forgée une expérience. Beaucoup de séjours ici ou là, mais toujours un retour à son port d’attache : la Bretagne. Et c’est justement à l’occasion de festivals qu’elle s’est essayée à la création de galettes.

Ensuite, une envie d’autonomie, de ne pas dépendre d’un patron. Avec un projet de café coopératif tout d’abord, qui n’a pas abouti faute de moyens financiers, l’idée de faire quelque chose de différent, plus en lien avec ses convictions profondes prend forme. Et là, plus de retour en arrière possible, il faut avancer. Trouver l’idée qui permettra à la fois d’être autonome, indépendante financièrement tout en se rendant utile. Faire quelque chose de ses mains, de durable et sur son territoire.

Et enfin, un idéal : celui d’être actrice des circuits-courts. Fabriquer de bons produits, avec des matières premières toutes bio, de qualité et surtout achetés à moins de 50 kms de son lieu de production et les vendre aux habitants de ce même territoire. Pour Manon, il est très important de manger ce que nous trouvons autour de nous sans aller le chercher à des milliers de kilomètres. Contribuer à l’économie locale, c’est bien, agir pour l’économie circulaire.. c’est encore mieux !

Manon étant de nature à entreprendre, il aura suffit de quelques conseils avisés de copains, des prêts de matériel, de quelques heures à tester des recettes et quelques unes de plus pour maîtriser le billig et c’est parti pour « Marche ou crêpe ». Et on l’a bien compris, Manon a choisi de marcher en faisant des crêpes ! Elle installe son atelier de production dans un camion équipé d’un labo prêt à l’emploi qui pourra peut-être un jour pérégriner en Bretagne, qui sait ?

Quel plaisir de concocter des galettes avec des produits tout frais , des crêpes avec du lait encore tiède. De la farine de sarrazin du moulin de Rimou au lait frais de la ferme de Chenaye en passant par les œufs du verger des Galinettes, tous les produits sont achetés au plus proche des Champs-Géraux où Manon a installé son lieu de production. Alors oui, ce n’est pas tous les jours facile, mais si c’était à refaire, Manon le referait. Vivre et travailler selon ses convictions, dans un petit coin de ce territoire breton où elle rénove une maison avec l’homme avec lequel elle partage sa vie. Une terre où fourmillent les initiatives vertueuses et les rencontres qui font du bien. Des idées pour l’avenir ? Oui, bien sûr mais motus et bouche cousue, c’est une surprise…

Crédit photographique : Nina Gandourine

Top