Les Ruchers d’Anne-Sophie : une symbiose parfaite entre animal et végétal

Je m’appelle Anne-Sophie. Je suis aujourd’hui apicultrice professionnelle en Bretagne romantique. Mon exploitation se nomme « Les ruchers de la Bretagne romantique » mais mon étiquetage de miels et ma communication se fait sous le nom « Les ruchers d’Anne-Sophie ». Je suis mariée et j’ai 3 enfants, 1 chat, 1 poney et des milliers d’abeilles.  J’habite Cardroc qui est aussi le siège de mon exploitation.

D’autant que je me souvienne, mon grand-père et mon père ont toujours eu quelques ruches. Je suis issue d’une famille d’agriculteurs laitiers d’un côté et de meuniers de l’autre, mais j’ai passé mon enfance dans une petite ville du Val de Loire (Beaugency). J’ai choisi de m’orienter dans l’agriculture : j’ai fait des études d’ingénieur à  l’Ecole Supérieur d’Agricultures d’Angers. J’ai commencé à travailler dans le domaine des grandes cultures et plus précisément dans la gestion de la volatilité des cours avec la mondialisation grandissante au début des années 2000. Lasse de la financiarisation omniprésente de notre monde qui était en désaccord avec mon éthique et mon souhait d’engagement, j’ai osé changer d’orientation, de vie et un petit bout du monde, qui sait ? … Prise de recul bénéfique sur mes valeurs, mon chemin de vie… qui m’ont conduit à l’envie de m’installer en production agricole, avec et pour la nature et plus précisément en apiculture.

L’apiculture rime avant tout avec l’observation des fleurs, des floraisons et des colonies d’abeilles. Le végétal et l’animal se mêlent et s’entremêlent délicatement. Le métier d’apiculteur est passionnant ! C’est pourquoi les piqûres quotidiennes, les efforts physiques démesurément importants, les horaires à rallonge et le découragement parfois face à la mortalité et aux échecs de fécondation des reines sont vite oubliés dès l’ouverture de la ruche suivante.

Mes activités sont saisonnières et diversifiées : l’hiver, je construis et assemble une partie de mes ruches et des boiseries, je m’occupe essentiellement de la partie administrative comptable et commerciale et transforme les produits de la ruche (tri de pollen et de propolis, brassage du miel, bougies…). J’observe et recherche également les paysages propices à nourrir mes abeilles (je recherche encore d’ailleurs 2 à 3 emplacements de ruchers pour cette année car mon cheptel se développe).

Le printemps est le top-départ pour la saison intense d’élevage, de soins aux abeilles et de récolte des produits de la ruche. J’ai environ 200 colonies d’abeilles réparties sur une vingtaine de ruchers sur les communes de Cardroc, St Brieuc des Iffs, Les Iffs, La Chapelle-Chaussée, Langouët, Dingé, Tinténiac, Combourg, Pays de Dinan, Bécherel. Essentiellement chez des agriculteurs en bio.

Ce que j’aime dans mon métier ? Le travail dans la nature, le ressenti des saisons, la renaissance printanière, les odeurs de la ruche et de ses produits, les vols assourdissants des abeilles en plein travail. Mon travail me procure un sentiment de dignité. Agir pour le monde de demain, pour mes clients, faire découvrir ce beau métier aux enfants et à toutes les personnes intéressées, travailler en collaboration avec les agriculteurs, les partenaires et les consommateurs donnent également du sens à mon activité.

Les particularités de mes produits ? Des miels tous brassés à froid pour une valeur gustative et thérapeutique optimale. Des produits de qualité pour rendre hommage au travail incessant des abeilles et aux vertus de leurs produits : pollen frais ramassé quotidiennement durant la saison, propolis de grille et diversification en produits d’apithérapie, de confiserie et de matière première pour des partenariats locaux (Tiens Bon La Barre, savonnerie artisanale, pâtisserie gourmande…).

Je me sens aujourd’hui actrice  sur mon bassin de vie et participant pleinement à sa richesse. Mes clients,  mes partenaires, sont essentiellement des personnes de ce même territoire, vivant et durable tant que nous agissons ensemble. Mes abeilles et moi vivons au quotidien dans vos communes, j’investis et je développe mon activité grâce vos encouragements, vos achats et  vos retours positifs sur mes produits, que l’on retrouve dans les Amap, boutiques et associations de producteurs, épiceries et commerces locaux et magasins vrac zéro-déchet… et bien sûr sur le marché ambulant de BVBR.

La crise sanitaire a surtout empêché les marchés de noël,  autres foires et évènements de ventes et de rencontres.  Les abeilles, elles, n’ont pas été impactées, du moins négativement. J’ai pu aller et venir comme tous les apiculteurs afin de prendre soin de nos colonies. Qui dit crise dit adaptation et je l’espère de tout cœur, prise de recul des habitants et changement de mode de consommation de manière durable. Le marché ambulant de BVBR en est une démonstration vivante !

Top