La ferme des Gats, une aventure familiale et locale

Aujourd’hui, c’est à la ferme des Gats, que nous poursuivons notre tour de Bretagne Romantique des producteurs. À la tête de l’exploitation meillacoise, Guillaume veille avec passion sur son cheptel, comme trois générations avant lui. Pour celui qui a grandi au milieu de ces prairies verdoyantes, l’agriculture sonne comme une évidence. Après des études agricoles, il devient salarié dans le domaine du machinisme, tout en gardant un œil sur le travail de ses parents. Après le départ en retraite de son père en 2017, Guillaume s’associe avec sa mère en parallèle de son activité salariée. En 2020, il décide alors de reprendre le flambeau à temps plein, pour laisser ses parents profiter sereinement de leur retraite au vert. Depuis, le jeune agriculteur a le souci de bien faire pour développer son activité au sein du territoire.

Le tour du propriétaire commence par la visite des bovins. Pour la production de viande, vingt-cinq vaches allaitantes de race charolaise ruminent dans les cornadis. Vestiges de l’activité laitière passée, quelques vaches normandes les côtoient. Derrière, dans l’intimité de l’étable, deux nouveau-nés font leurs premiers pas dans la paille.

La suite de la visite offre à voir un tableau bien éloigné de la « norme » : trois porcs confortablement installés sur leur lit de paille ! Une toute petite production qui a toujours existé à la ferme des Gats et que Guillaume a à cœur de préserver.

Une exploitation à taille humaine, des vaches nourries majoritairement à l’herbe, … Le terme d’« agriculture raisonnée » prend tout son sens lorsque l’on rencontre son producteur.

Nous arrivons enfin au magasin à la ferme. On peut y trouver, outre sa production, du veau, des œufs, des volailles, ainsi que des légumes bio. Pour Guillaume, le circuit court, c’est l’occasion rêvée de valoriser son travail et celui de ses collègues. Le regroupement de produits fermiers rend l’achat pratique, et son offre s’adapte toujours aux souhaits de sa clientèle. Celle-ci, auparavant répartie sur un rayon de 20 km, se concentre aujourd’hui sur les villages proches de son exploitation. Et c’est tant mieux ! Le signe que l’offre en produits locaux se développe sur notre territoire. Et le confinement a été pour lui l’occasion d’intégrer un nouveau circuit de commercialisation, le désormais fameux marché ambulant de BVBR !

Malheureusement, dans sa quête de local, l’éleveur se confronte au manque de structures de transformation. Il rêverait d’un abattoir mobile, circulant de ferme en ferme, pour éviter des transports jusque dans la Manche et pour retrouver un fonctionnement plus respectueux et moins contraignant.

Des projets, Guillaume en a donc plein la tête. Son objectif, transmettre sa passion à travers ses produits et développer l’offre locale en coopération avec les autres producteur.ice.s du territoire. D’ailleurs, vous retrouverez bientôt sa viande sur les étals de la future boucherie de Meillac. Et bien sûr, toujours au marché ambulant avec des formats adaptés à vos désirs !

 

Top