Le Fournil de Fewen : Karine, les convictions avant tout

Le goût pour le pain bio, Karine l’a hérité de son parrain, artisan boulanger bio dans les années 70. La petite fille qu’elle était se souvient encore de lui, amoureux du bon pain et militant du bio (avant l’heure), qui pétrissait, cuisait et vendait lui-même son pain une fois par semaine. Aujourd’hui propriétaire du Fournil de Fewen à Tinténiac, Karine perpétue cette tradition parce le goût et l’odeur du bon pain bio sont inscrits dans son patrimoine.

Avant de réaliser son rêve, Karine a d’abord essayé de prendre le large professionnellement et géographiquement sans toutefois renoncer à ses valeurs et à son intérêt sincère pour les contacts humains. Après quelques années dans l’hôtellerie et dans la vente en tant que commerciale en Bretagne, elle pose ses bagages à Londres avec l’intention d’améliorer son anglais durant quelques mois. Elle y restera 6 ans ! Elle y travaille dans une boulangerie pâtisserie haut de gamme, d’abord côté vente puis en tant que manageuse. La petite fille devenue femme est rattrapée une fois de plus par son destin. Mais elle lui résiste… Séduite à Londres par un Breton, Karine décide de revenir au pays. Commence alors la 2ème tentative de s’extraire à son destin. La revoici commerciale pour un grand négociant et fabriquant d’engrais agricoles en Bretagne. Elle y est chargée de développer la clientèle anglaise jusqu’au jour où… certains produits proposés à la vente heurtent ses convictions écologiques. Le moment coïncide avec la naissance de son premier enfant et Karine profite de son congé maternité pour s’interroger sur son avenir professionnel.

A 34 ans, elle intègre la première promotion du CAP Boulangerie Pâtisserie de Ker Lann à Bruz. La boucle est bouclée. Karine est définitivement rattrapée par son destin mais surtout complètement habitée par les convictions auxquelles elle est restée fidèle : souci de la qualité de ses produits et recherche du bien-être de sa clientèle. Cette double exigence est la balise qui guide aujourd’hui l’action de Karine et son équipe du Fournil de Fewen. Lorsqu’elle évoque son parcours, elle n’y voit pas le signe du destin mais plutôt la manifestation évidente de sa fidélité à ses convictions. Elle considère son activité de boulangère bio au sein du territoire de la Bretagne Romantique comme sa participation au bien-être de sa population.

Si l’évolution des habitudes de consommation et les contraintes liées à l’épidémie de Covid ont nécessairement eu un impact sur son activité, Karine a su néanmoins s’adapter à la nouvelle donne. La réservation des produits sur son site internet permet aujourd’hui au Fournil de Fewen de proposer du pain et de la pâtisserie en click & collect. Le marché ambulant de BVBR est aussi une alternative pour de nombreux habitants du territoire de se procurer les produits du Fournil de Fewen, qui sont ainsi livrés à proximité de leur domicile. Et bien sûr, la boutique de Tinténiac reste ouverte pour accueillir les habitués. Ainsi, même si l’attente dans la file peut s’étirer quelquefois, ceux qui y viennent savent toujours que le pain et la pâtisserie qu’ils y trouvent et l’accueil qui leur est réservé sont purs, vrais et non dégradables… Du bio de proximité pétri, cuit à l’ancienne et livré en bonus avec le sourire parce que, pour Karine, le bio est un art de vivre plus qu’un produit. Il n’a, de ce fait, non pas un prix mais une valeur patrimoniale qu’elle contribue modestement à perpétuer à l’échelle du territoire de la Bretagne Romantique.

Top